Guest

NATIV, design Raphael Navot

janvier 2019

NATIV, design Raphael Navot

A l’occasion du lancement de la collection Nativ, imaginée par Raphael Navot , interview croisée du designer et de Nicolas Roche, directeur des collections Roche Bobois.

Comment est née votre collaboration ?

Nicolas Roche : J’ai connu le travail de Raphael il y a deux ans, lors d’une exposition. J’ai été marqué par son approche du bois très personnelle, très moderne. La table « Patchwork » est née de nos discussions autour de ce matériau. La collection s’est ensuite étoffée de façon assez naturelle.

Raphael Navot : C’est la première fois que j’édite du mobilier en série. Je souhaitais revisiter un savoir-faire traditionnel, la parqueterie, afin de créer un meuble contemporain. Le bois me fascine, comme toutes les matières vivantes qui se patinent, s’anoblissent avec le temps.

Comment avez-vous choisi les matériaux ?

RN : J’ai souhaité utiliser un maximum de matières naturelles et nobles : le bois massif bien sûr, mais aussi la laine, le coton, la céramique, les enduits minéraux… Elles créent une ambiance accueillante, chaleureuse, tout en procurant un réel confort.

NR : La collection « Nativ » est sensuelle, texturée, vibrante. Le cuir nubucké donne aux canapés un aspect moiré très tactile. Les tapis en pur laine sont faits pour être foulés pieds nus… Rien n’est lisse, rien n’est inerte.

Pourquoi la collection s’appelle-t-elle « Nativ » ?

RN : Parce qu’elle fait écho, par ses formes organiques, à notre langage corporel. Le corps humain n’a presque pas changé depuis 200 000 ans. Pourtant, le monde du design est constamment à la recherche de nouvelles expressions. Ces formes organiques, nous les connaissons de façon intuitive, elles font partie de nous. Elles ne racontent pas forcément ce qui se passe aujourd’hui, elles auraient pu exister avant ou après. Leur langage est universel.

NR : Le style de Raphael s’affranchit de toute référence culturelle, spatiale ou temporelle. Les chaises « Identities », le canapé « Underline », le fauteuil « Walrus » ont une allure classique, familière sans être déjà vue.

La nature est-elle une source d’inspiration ?

RN : Oui, dans ce qu’elle a de plus primitif. Les luminaires ont la forme de galets, de stalagmites. La bibliothèque « Primordial », irrégulière et minérale, ressemble à un objet tribal, cela pourrait être une bibliothèque construite en terre il y des milliers d’années.

NR : Sauf que les rayonnages introduisent une notion de géométrie, comme si l’humanité venait contrôler la nature. Ce dialogue entre culture et nature, maîtrise géométrique et formes spontanées traverse toute la collection. La table « Patchwork » en est un bel exemple : un ovale très simple et un assemblage extrêmement complexe, comme un puzzle de 320 pièces de bois dont le motif ne se répète jamais.

Derrière cette création, on sent la main de l’homme...

RN : C’est ce travail d’artisanat d’art qui m’intéresse. En mettant au service de la collection les meilleurs savoir-faire européens, Roche Bobois m’a fait un vrai cadeau. Les échanges avec le réseau d’artisans partenaires de la marque m’ont beaucoup apporté. Pour eux, le projet était un challenge ; à chaque fois ils ont cherché des solutions, sans faire de compromis. Résultat, la collection est hyper fidèle aux intentions initiales.

NR : L’exigence de Raphael se ressent dans la collection, tout comme sa générosité. D’ailleurs, notre collaboration ne devrait pas s’arrêter là…

Raphael Navot est designer. Né en 1977 à Jérusalem, diplômé de la Design Academy Eindhoven (Pays-Bas), il vit et travaille à Paris. Il a notamment réalisé le club Silencio, en collaboration avec David Lynch, et l’Hôtel national des arts et métiers. Il signe également la nouvelle architecture du magasin historique de Roche Bobois, situé au 207 boulevard Saint Germain.

à découvrir dans le mag

  • ·
  • ·
  • ·
  • ·
  • ·